Assemblée

Gironde citoyenne, une auberge girondine à idées

Lundi 17 juin a eu lieu l’assemblée de Gironde citoyenne. Déjà près d’une centaine de personnes originaires de toutes les composantes du camp du progrès social et de tous les territoires girondins a rejoint les rangs de Gironde citoyenne, structure créée en 2009 sur le canton de Créon et désormais élargie à l’ensemble du Département.

    Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue à Pompignac le président actuel et fondateur de cette       association, Jean-Marie Darmian, a expliqué que la vie sociale était devenue un « vaste billard sur lequel évolue des boules de diverses couleurs passant leur temps à se heurter, à se pousser dans l’oubli ou à servir à de spectaculaires carambolages provoqués par d’habiles individualités. Il est temps de se poser et de  construire une autre vision de l’action publique ». À cet égard Gironde citoyenne se veut un espace ouvert à toutes et à tous pour un dialogue constructif autour de la vie locale et départementale.

À son appel ainsi qu’à celui d’une douzaine de membres fondateurs se sont retrouvés des élus locaux, départementaux passés, actuels ou en devenir mais surtout des responsables associatifs, des actrices et acteurs du monde syndical ou politique, des citoyennes et des citoyens non engagés pour lancer un vaste travail commun de réflexion sur l’avenir de l’action de proximité. « Il nous faut relancer une dynamique solidaire unitaire et résiliente, dépassant des clivages artificiels pour redonner confiance à des habitants n’ayant plus de repères et surtout se sentant abandonnés celles et ceux qu’ils nomment les politiques. » explique Jean-Marie Darmian.

En développant les débats, les rencontres, les formations Gironde citoyenne fidèle aux valeurs et aux principes de l’éducation populaire compte produire un « pacte social, citoyen, durable et résilient » pour la Gironde. Ce document élaboré collectivement servira de base, pour celles et ceux qui le souhaiteront, à un mouvement de refonte des politiques locales. Tous les thèmes essentiels pouvant redonner des couleurs à la citoyenneté active seront abordés et traités lors de rencontres décentralisées laissées à l’initiative de conseils consultatifs citoyens rapidement mis en place. « Personne au sein de notre association laïque, unitaire, indépendante et démocratique ne pourra se réclamer d’un parti politique mais par contre chacune et chacun pourra y venir avec ses idées et ses convictions à titre individuel. Nous voulons construire. Gironde citoyenne sera une auberge espagnole de la vie sociale girondine où on pourra partager ce que l’on y apporte et se nourrir de ce que les autres apportent. Nous voulons, en dépassant le cadre des partis actuels que nous ne condamnons nullement mais qui traverse une vraie crise, donner une chance à une vraie rénovation de la démocratie de proximité, la seule qui peut relancer, sur la base des valeurs républicaines, une vraie dynamique en cette période de doute profond. » ajoute Jean-Marie Darmian.

Un conseil d’éthique constitué de 9 adhérent(e)s tirés au sort veillera au respect de ces principes alors que les orientations seront données par un conseil de 33 membres fondateurs en charge du soutien aux initiatives locales. La structure départementale calquée sur le modèle des Groupes d’action municipale (GAM) a programmé un certains nombres de thèmes et de sujets pour ses premières animations. Gironde citoyenne n’est au service d’aucune mouvance particulière et ne soutiendra aucune candidature à une quelconque échéance électorale. C’est un « outil » servant à refonder les pratiques politiques et à sortir de l’isolement individuel ou même de groupe dont souffre actuellement le monde rural, périurbain ou de certains quartiers des villes.

La vie de l’association a été volontairement limitée à 3 ans et le mandat de ses responsables également. Les informations seront essentiellement numériques avec un blog interactif permettant les adhésions sur https://girondecitoyenne.org ainsi qu’un groupe et une page Gironde citoyenne sur Facebook permettant de suivre en permanence l’évolution des travaux qui débuteront en septembre et qui seront bouclés pour une première étape par une seconde rencontre citoyenne départementale de projets en novembre prochain.